La filière le bilan de deux ans de Sevem, « une réussite collective »

Processus d’impression de paquets factices avec Datamatrix pour la vérification des unités.

Le Conseil général des associations officielles de pharmaciens (CGCOF), par le biais de sa section Industrie, et l’Association espagnole des pharmaciens de l’industrie (AEFI), ont organisé la conférence « Sérialisation des médicaments : 2 ans d’expérience », au cours de laquelle un bilan du système espagnol de vérification des médicaments (Sevem) a été dressé.

Lors de l’inauguration de la réunion, le président de la CGCOF, Jesús Aguilar, a souligné que « la profession pharmaceutique travaille unie par, pour et avec le patient. Et que l’effort commun pour assurer la sécurité des médicaments que représente Sevem en est le meilleur exemple ». À cet égard, il a rappelé que « depuis février 2019, date à laquelle l’ensemble du réseau de pharmacies a procédé à des vérifications via son outil Nodofarma Verification, près de 2 200 millions d’opérations ont été réalisées, dont 1 300 millions correspondent à des vérifications et 900 millions à des dispensations ».

Pour sa part, Angelina Baena, présidente de l’AEFI, a souligné le grand investissement et l’effort humain consenti par Sevem et a appelé à une plus grande reconnaissance de la profession pharmaceutique, tant au sein du secteur de la santé que par la société dans son ensemble.

Après l’inauguration, Mª Ángeles Figuerola, directrice de Sevem, a donné un aperçu de la situation actuelle du système, auquel tous les laboratoires pharmaceutiques ont déjà adhéré et qui compte déjà 15 400 références avec des identifiants uniques.

Emili Esteve, directrice du département technique de Farmaindustria, et María Álvarez, coordinatrice des affaires réglementaires de l’Association espagnole des médicaments génériques (Asociación Española de Medicamentos Genéricos), représentaient les laboratoires pharmaceutiques et ont évoqué le fait que Sevem permet techniquement d’arrêter l’utilisation du précoupon avant la limite légale fixée pour 2024.

La distribution pharmaceutique était représentée par Miguel Valdés, directeur général de la Fédération des distributeurs pharmaceutiques (Fedifar), et José Ramón López Suárez, porte-parole national de la distribution de la CGCOF, qui ont expliqué que les 144 entrepôts intégrés à Fedifar ont été opérationnels dès le début, et que l’introduction du code bidimensionnel Datamatrix a facilité un contrôle plus important et plus exhaustif des médicaments.

L’expérience de la pharmacie de soins

Lors de la dernière table ronde, consacrée à la pharmacie de santé, le porte-parole national du Bureau de la pharmacie de la CGCOF, Teodomiro Hidalgo, a énuméré les défis que la mise en œuvre de Sevem posait au réseau de pharmacies, comme l’existence de plus de 40 logiciels de gestion de pharmacies communautaires, 17 modèles de prescription électronique ou la nécessité d’acquérir de nouveaux lecteurs de données ; Il s’est également dit convaincu qu’à l’avenir, elle favorisera et simplifiera la gestion des pharmacies communautaires dans des domaines tels que les remboursements ou le bon de poste. Représentant le secteur hospitalier, Ana Herranz, porte-parole nationale de la pharmacie hospitalière de la CGCOF, a déclaré que 198 hôpitaux privés réalisent déjà leurs opérations dans Sevem, mais que les hôpitaux publics le feront à travers le nœud SNSFarma, l’outil promu par le ministère de la Santé et qui n’est pas encore opérationnel. En tout état de cause, il a déclaré que tout progrès en matière de traçabilité des médicaments est une bonne nouvelle.

Lors de la cérémonie de clôture, Eugeni Sedano, porte-parole national pour l’industrie de la CGCOF, a insisté sur le fait que la conférence a rendu visibles les efforts et le succès des différents agents de la chaîne du médicament au cours des deux dernières années pour mettre en œuvre le système de vérification et, de cette façon, garantir avec plus de certitudes la difficulté d’introduire des médicaments contrefaits dans notre pays. De son côté, Marta Rodríguez Vélez, membre du département Assurance qualité, fabrication et contrôle de la qualité de l’AEFI, a souligné que Sevem est la meilleure preuve de la capacité de l’industrie pharmaceutique, un secteur hautement réglementé, à aborder avec succès des projets transversaux grâce à un travail collectif.